Cinéma, Loisirs

Zulu : du livre au (décevant) film

Ah ! La délicate épreuve de l’adaptation d’un roman au cinéma… Il y a les adaptations qui fonctionnent parce qu’elles sont fidèles et intelligentes, celles qui sont réussies parce qu’elles vont plus loin que le roman et apportent un nouveau regard sur le récit. Malheureusement, il y a surtout celles qui laissent un goût amer.

Zulu, se place, hélas, du côté des adaptations décevantes.

Le roman de Caryl Férey est dense, noir, fort, intense. Son écriture crue colle à la peau et ses personnages de flics sont borderline.

Au cinéma, le rendu est bien différent…

Zulu-Jerome-Salle-Orlando-Bloom

Le film est trop rapide. Les événements s’enchaînent à une vitesse incroyable sans avoir le temps de poser les bases d’une Afrique du Sud ravagée par la violence et les inégalités à la veille de la Coupe du Monde. S’il n’est évidemment pas possible de rentrer dans tous les détails qui font la richesse d’un roman, tout est survolé. La réalisation ne laisse pas le temps aux spectateurs de faire vraiment connaissance avec les personnages. Certains des raccourcis rendent l’intrigue très confuse.

Mais pour moi le gros point noir du film c’est son manque d’ambiance. Le contexte dans Zulu est extrêmement important. C’est les dérives de l’Apartheid, la Coupe du Monde qui arrive… Une période de trouble en Afrique du Sud qui donne toute son importance à l’intrigue. Dans le film, j’ai trouvé le contexte bien trop survolé. On est face à un thriller bien noir mais qui aurait presque pu se passer à n’importe quelle période et sur n’importe quel continent que ça n’aurait pas changé grand-chose.

Zulu-Jerome-Salle-Orlando-Bloom

La bonne surprise en revanche, parce que oui il y en a quand même, c’est Orlando Bloom. Pourtant, à l’annonce de sa présence dans le casting du film, je n’étais pas emballée. Mais celui qui faisait du surf sur des boucliers ou la trompe d’un oliphant en pleine guerre en Terre du Milieu a BIEN changé. S’il a pris pour l’occasion 10 kilos de muscles doux et saillants, il a surtout gagné en assurance et en talent. Le rôle du flic écorché vif lui va parfaitement bien… mieux que celui de l’elfe dans Le Hobbit 2 : La Désolation de Smaug. Oui parce que, en vrai, il est pas immortel le pépère. Le temps passe et ça se voit !

Zulu-Caryl-Ferey

Titre : Zulu

Auteur : Caryl Férey

Éditeur : Gallimard

2 Comments

  1. mamzell_plume

    8 janvier, 2014 at 15 h 25 min

    Je voulais justement le voir mais au vu de ta critique, il vaut mieux que je me penche sur le film avant le livre sinon je risque d’être fortement déçue !

    1. Blablayablog

      8 janvier, 2014 at 15 h 46 min

      Je pense que quand on n’a pas lu le livre, on apprécie le film. C’est un polar sombre et pas trop mal fait. Mais loin d’être aussi riche que le livre quoi.

Laisser un commentaire