Cinéma, Loisirs

Sublimes créatures

Vous n’avez pas aimé Twilight, vous allez aimer Sublimes Créatures !

 

J’ai eu la chance d’assister la semaine dernière à une projection presse de Sublimes créatures, le petit nouveau dans l’univers des films pour ado. Présenté comme le concurrent du fade et ennuyeux célèbre Twiligh, l’adaptation cinéma du roman 16 lunes de Kami Garcia et Margaret Stohl vaut-elle vraiment le coup ?

Tour d’horizon d’un film avec des vrais acteurs dedans… et qui ne scintillent pas au soleil en plus !

Heroine-Sublimes-creatures

Résumé

Le jeune Ethan Wate, lycéen dans une petite ville de Caroline du sud, menait une vie parfaitement normale et ennuyeuse avant de croiser la mystérieuse Lena Duchannes. Malgré la méfiance et les critiques incessantes de ses camarades et de l’ensemble des habitants de Gatlin, Ethan s’est rapproché de la jeune fille. Mais la lycéenne n’est pas une fille comme les autres. C’est une enchanteresse aux pouvoirs surnaturels impressionnants.

Malgré l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils vont devoir faire face à une douloureuse épreuve. Car comme toutes les femmes de sa famille à seize ans, Lena est sur le point d’être Appelée par les forces bienveillantes de la Lumière ou par la puissance maléfique des Ténèbres. Leur amour sera-t-il plus fort que le destin ?

Pois

Mon avis

L’adaptation d’un livre au cinéma est une délicate affaire sur laquelle les réalisateurs ont vite fait de s’attirer les foudres des fans excités et tendus à l’idée de voir leur univers préféré porté à l’écran. Indéniablement, les adaptations séparent les spectateurs en deux catégories : les puristes qui ne supportent pas qu’on touche une ligne du scénario original, et les plus laxistes curieux de voir ce que ça va donner.

Et Sublimes créatures ne dérogera sûrement pas à la règle. C’est certain, certaines scènes vont gêner ! Si la trame de base est respectée, on ne peut pas passer à côté des libertés scénaristiques prises par le réalisateur Richard LaGravenese. A commencer par la fin dont un événement en particulier diffère de l’originale. Personnellement, je n’ai pas été plus choquée que ça. Bon, c’est vrai que j’ai lu 16 lunes il y a un bon bout de temps et l’histoire n’était plus forcément très claire dans ma tête. Mais je me suis replongée dans l’univers avant d’écrire ma chronique, et je comprends parfaitement pourquoi le réalisateur a fait ce choix.

Sublimes-creatures-film-acteurs

Il faut avouer que la fin du roman est assez compliquée à comprendre et manque d’explications. Je peux presque dire finalement que je préfère la fin du film que je trouve plus logique et carrément mieux trouvée ! A voir comment se passera le second film en revanche… De plus, alors que dans le roman, le dénouement nous en avait mis plein les yeux, à grand renfort d’éclairs, et d’éléments déchainés, le film ne répond malheureusement pas à notre besoin ardent de spectaculaire. D’une manière générale, on aurait aimé que Richard LaGravenese en fasse plus. J’avais vraiment adoré l’univers de 16 lunes que je trouvais très riche et surprenant. La magie n’a rien à voir avec celle déployée dans Harry Potter. Elle est plus phénoménale, plus théâtrale. Le monde des enchanteurs a un petit côté Tim Burton et famille Adams. C’est un peu extravagant et plein de détails. Du coup, je regrette que l’univers n’ait pas été plus poussé à travers des décors que j’imaginais plus grandioses et farfelus à la fois. Certes les tenues sont très belles mais j’aurai voulu plus que de jolies robes et des coiffures bouffantes !

Sublimes créatures

Bon, je dis tout ça mais malgré tout, Sublimes créatures reste une excellente surprise. Je me suis vraiment régalée. Tandis que les 630 pages s’avalent difficilement, les deux heures du film passent très vite. Pas de temps mort ou de scènes qui se trainent en longueur. L’action s’enchaîne à un rythme soutenu, portée par de vrais acteurs. Et même si les premières apparitions du personnage d’Ethan surprennent – désolée cher Alden Ehrenreich, vous faites plus que votre âge – les suivantes nous réconfortent bien vite. En effet, le jeune acteur, révélé en 2009 par Coppola dans Tetro, apporte une touche de fraîcheur et d’humour. J’ai beaucoup aimé. Le duo qu’il forme à l’écran avec la jeune Alice Englert fonctionne très bien et tous deux font vivre à merveille le couple Ethan/Lena, loin de toute mièvrerie adolescente. Mais c’est avant tout les excellentes prestations de Jeremy Irons dans le rôle du charismatique oncle Macon et d’Emma Thompson dans celui de la dangereuse Serafine, associées à une image de qualité qui font de Sublimes créatures plus qu’un film pour adolescents.

Jeremy-IronsSublimes-creatures

On n’est certes pas face à un chef-d’œuvre du genre, mais tout de même bien loin du nanard qu’on aurait pu imaginer.

Après la séance, je suis restée longtemps bercée par le souvenir des personnages et de l’univers.

Franchement je suis très agréablement surprise et j’ai beaucoup aimé.

Affiche fraçaise de Sublimes créatures

Sublimes créatures

Réalisateur : Richard LaGravenese

Acteurs Principaux :

Ethan Wate : Alden Ehrenreich

Lena Duchannes : Alice Englert

Macon Ravenwood : Jeremy Irons

Ridley Duchannes : Emmy Rossum

Amma : Viola Davis

Mrs. Lincoln / Sarafine : Emma Thompson

Sortie en France : 27 Février 2013

2 Comments

  1. Hey Julie

    29 juillet, 2014 at 15 h 18 min

    Sincèrement je ne te rejoins pas sur cette critique de film. Ma petite soeur de 17 ans qui avaient adoré les livres m’a supplié de l’accompagné. La bande annonce avait l’air pas trop mal, j’ai embarqué en prime ma meilleure amie. Résultat des courses ma petite soeur s’est endormie durant la séance tellement elle a trouvé le film nul. Pour ma part j’ai trouvé le jeu des deux acteurs principaux médiocres, le mec pire que la fille. Une histoire avec de grosses incohérence. Pour moi un livre jeunesse qui a eu une adaptation cinématographique ratée (je te rejoins pour A la croisée des mondes par contre). Mais après les goûts et les couleurs 😉

  2. Blablayablog

    29 juillet, 2014 at 21 h 44 min

    Merci pour ton petit mot. C’est toujours intéressant de pouvoir échanger sur des films et des livres 🙂 Et comme tu dis, c’est tellement subjectif tout ça !
    Pour en revenir au film, je comprends ta remarque. Je crois d’ailleurs que l’adaptation est plutôt mal passée. Je l’ai trouvée très agréable parce que je m’attendais vraiment à quelque chose de très mauvais, à un truc plein de mièvrerie. Finalement j’ai trouvé l’ensemble plutôt bien fait. Et les libertés qui ont été prises par rapport au livre ne m’ont pas gênée, bien au contraire. Quand j’avais tendance à m’endormir sur le livre devant la longueur de certaines scènes, le film était plus dynamique. Et c’est en ça que je trouve l’adaptation bonne. Quand un réalisateur est capable de prendre des libertés, de s’adapter aux contraintes d’un film sans dénaturer l’essence du livre, je trouve que c’est gagné ! Après, comme je le disais dans l’article, on est malgré tout très loin d’un chef-d’œuvre. D’ailleurs, à l’heure qui l’es, je ne m’en souviens plus vraiment !!
    Au plaisir d’échanger ciné avec toi 🙂
    A bientôt

Laisser un commentaire